• Connect with us :
Menu

LE N.-B. INVITÉ À BLOQUER LE PROJET

Acadie Nouvelle – 2016-06-29 – Mathieu Roy-Comeau

Des organismes demandent au gouvernement provincial de bloquer l’arrivée au Nouveau-Brunswick d’une clinique qui paye les donneurs de plasma sanguin.

 

L’organisation nationale BloodWatch, la Coalition de la santé du Nouveau-Brunswick et le Nouveau Parti démocratique entendent faire pression sur les libéraux pour qu’ils adoptent une loi afin d’empêcher Canadian Plasma Resources de s’installer dans la province.

 

Le Québec, l’Ontario, l’Aberta et la Nouvelle-Écosse ont toutes déjà interdit les dons de sang rémunérés, affirment-ils.

 

Canadian Plasma Resources a notamment été forcée de fermer deux de ses cliniques en Ontario après l’adoption d’une loi par le gouvernement ontarien. Elle entend bientôt en ouvrir une à Moncton, avance Blood Watch.

 

Le sang est une ressource publique qui devrait n’être ni privatisée ni exportée à l’extérieur du pays, affirme l’organisme.

 

Les autorités gouvernementales «ne savent pas où s’en va ce plasma sanguin», prévient la directrice générale de BloodWatch, Kat Lanteigne.

 

«Il n’y a aucun avantage pour les citoyens canadiens ou les patients canadiens.»

 

Payer des gens pour une partie de leur corps ou de leurs tissus est une forme d’exploitation à laquelle les plus démunis sont particulièrement vulnérables, affirme le coprésident de la Coalition pour la santé du NouveauBrunswick, Jean-Claude Basque.

 

«Si on ouvre cette porte-là, pourquoi les plus démunis ne pourraient-ils pas vendre leur rein pour arrondir leur fin de mois ou un de leur poumon? Il ne faut pas ouvrir cette boîte de Pandore.»

 

Le chef du NPD, Dominic Cardy, craint que le gouvernement provincial ne verse une aide financière à Canadian Plasma Resources pour attirer l’entreprise dans la province et faire compétition à la Société canadienne du sang.

 

Il n’a pas été possible mardi de joindre le président-directeur général de l’entreprise. Barzin Bahardoust a cependant défendu récemment à la Pression Canadienne l’idée de payer 25$ par don en soulignant que 80% du plasma utilisé de par le monde provient de donateurs qui ont été payés.

 

Le Nouveau-Brunswick n’a pas l’intention d’interdire les dons rémunérés de plasma sanguin, affirme le ministre de la Santé, Victor Boudreau.

 

«C’est quelque chose qui est réglementé par Santé Canada depuis des décennies», soutient le ministre.

 

Selon M. Boudreau, le plasma utilisé au Canada vient en majorité des États-Unis où la plupart des donneurs sont rémunérés.

 

«J’ai de la difficulté à accepter l’argument que l’on ne peut pas payer des Canadiens ici au Canada, mais que l’on peut payer des Américains», précise-t-il.

 

Canadian Plasma Resources souhaite investir 4 millions $ dans la province en plus de créer une quarantaine d’emplois «bien rémunérés», avance le ministre Boudreau.

 

Il a cependant refusé de dire si le gouvernement allait aider financièrement l’entreprise à s’établir au Nouveau-Brunswick.

 

Une porte-parole d’Opportunités NB a indiqué à l’Acadie Nouvelle qu’il était «prématuré» pour l’agence de développement économique de «spéculer sur n’importe quels accords qui n’ont pas été finalisés».

 

Selon la Société canadienne du sang, le plasma est l’élément liquide du sang qui facilite la circulation des autres composants sanguins dans l’organisme.

Return home

Post Navigation

NBNU | SIINB

NBNU | SIINB